Rechercher
  • Stanislas Wang-Genh

La joie de boucler ses sacoches

Dernière mise à jour : 18 mai

Bien préparer son voyage au long cours n'est pas chose aisée. Cela demande du temps, de la méthodologie et une mise en condition. Cet article s'adresse aux cyclo voyageurs qui veulent franchir le pas. Ils y trouveront mes découvertes en matière d'équipement et de sites web.

À l'origine de ce projet, je comptais traverser l'Europe à vélo pour rejoindre l'Asie Centrale, l'Inde et enfin le Japon où se trouve ma destination : le Temple zen Soji-ji.

Mais les incertitudes liées à la guerre en Ukraine m'ont fait changer le cap de mon itinéraire pour aller à contresens des aiguilles du temps.


Mon départ va s'effectuer début mai 2022 au temple zen Ruymon-ji, en Alsace. Je vais rejoindre Paris à vélo pour y prendre un avion jusqu'à New York. Alors débutera ma traversée des États-Unis d'est en ouest avant de m'aventurer en Amérique Centrale puis du Sud. De là, je prendrai un avion pour rejoindre l'Australie. Et mon chemin continuera vers l'Indonésie, l'Asie du Sud Est, la Chine, la Corée du Sud et le Japon.


Deux années pour me préparer

Le plus difficile, c'est de partir.

Mon départ était initialement prévu en mars 2020, avant qu'un drôle de microbe ne vienne changer la donne dans le monde entier. La crise sanitaire m'aura au moins permis de consacrer plus de temps aux préparatifs.


Encore aujourd'hui je ne réalise pas l'étendue de mon projet. Ça part d'une baliverne lors d'un repas de famille... ça marine, puis : "après tout, pourquoi pas ?"

Puis on envisage sérieusement la possibilité de le faire avant de concrétiser les choses avec une confiance qui nous dépasse : économiser, quitter son travail, son appartement, avertir ses proches d'une longue absence.

À l'heure où je vous écris ces quelques lignes, il ne me reste que 7 semaines avant le grand départ et les au revoir.


Bien définir son projet


Si jusqu'à maintenant vous avez été propulsés par l'instinct et les envies, il est essentiel de bien définir son voyage afin de lui donner un sens profond. Pourquoi je pars ? Qu'est-ce que je vais chercher ailleurs que je ne peux trouver ici ? Quelles sont mes peurs ou appréhensions ? Sont-elles justifiées ? Suis-je ok avec la solitude ? Qu'en est-il du manque de confort ? Suis-je en paix avec le fait de quitter mon travail et mes proches ? Ai-je envie de partager mon voyage ? Sous quelle forme ? Quid de la suite ? Etc.


Même si les réponses à ces questions ne concernent que vous, j'ai la conviction qu'il faut les avoir réfléchies pour partir en paix. Alors seulement on peut préparer son voyage en toute sérénité et faire les bons choix parmi tous ceux qu'il faudra faire.



Le choix du vélo et de la bagagerie


Le choix du vélo est sujet au débat. Tous les avis se font face. Il y a ceux qui dépensent des fortunes en composant des vélos haut de gamme montés sur-mesure et ceux qui optent pour un vélo Décathlon à bas prix. Je pense qu'il n'y a pas de règle, il faut surtout écouter son coeur car plusieurs facteurs entrent en compte : la santé, l'âge, le rapport au confort, la peur de déambuler vers l'inconnu avec des objets de valeur, les connaissances en mécanique, etc.


Pour ma part, j'ai opté pour la marque française Histoire Bike et pour le modèle La grande voyageuse classique. En option : le cintre papillon, un groupe pédalier Shimano Deore Trekking 3 x 10 vitesses, un freinage disque hydraulique/Mecanique Juintech, un moyeu Shutter Precision PL8/Plug 3 avec Expander qui permet de recharger son téléphone, des pneus Schwalbe Marathon Mondial 26", une selle Brooks B17 Classic Honey.


L'équipe de Cyclable Strasbourg prodigue d'excellents conseils. Ils publient un livre "Partir à vélo" qui présente 20 itinéraires racontés et magnifiquement mis en images. Un véritable guide pratique pour les cyclo voyageurs.


Côté sacoches : un complet Ortlieb, deux Sport-Roller Classic 2x12,5L à l'avant, deux Back-Roller Classic 2x20L à l'arrière avec un Rack-pack de 31L et un sac de guidon Ultimate Six de 7 L.

Mais la marque Vaude fait également référence en la matière.


Étant novice, j'ai fait ces choix grâce au témoignage de voyageurs.

Et il y a une chose que j'ai retenue, c'est qu'au fur et à mesure du voyage, on se déleste. Donc gare au superflu !



Des vêtements techniques, mais beaux !


Lorsqu'il y a quelques semaines, j'ai fait l'inventaire des vêtements que j'emporte à mon ami Benjamin Decoin (qui en tant que photographe à l'habitude de voyager léger), il a levé les yeux au ciel. C'est alors qu'il m'a fait connaitre l'existence des vêtements techniques en laine mérinos. Connue pour ses vertus respirantes, anti-odeurs, thermorégulantes et légères, la laine mérinos a fait le succès de plusieurs entreprises de Techwear, telle que la marque néo-zélandaise Icebreaker qu'on ne présente plus.


Mais aujourd'hui c'est une marque française que j'aimerais vous faire découvrir : SEAGALE (basée à Toulon). Séduit par leur éthique et par le design raffiné de leur collection — perle rare dans le monde du Techwear, je me suis fourni la quasi-totalité de mes vêtements chez eux.


Même s'il faut y mettre le prix, le choix des vêtements tech permet de partir plus léger. Retirez vos quatre slips boxer en coton pour n'en mettre que deux en laine mérinos. Idem pour les tee-shirts et les chaussettes.



L'heure du Bivouac


De nos jours, il est facile de trouver du matériel de camping Ultra-léger. Je ne vous apprends rien en vous disant que chaque gramme compte sur un vélo.

Voici l'inventaire de mon bivouac :


- Tente Hubba Hubba 2 places (pour y mettre mes sacoches). Poids : 1 720 g. Prix : 449 €

- Sac de couchage Valandre Chill out 450 RDS - Taille L. Poids : 952 g. Prix : 319 €

- Tapis de sol Thermarest Prolite plus L. Poids : 880 g. Prix : 119 €

- Drap léger en coton/soie

- Réchaud à gaz MSR Pocket Rocket 2. Poids : 73 g. Prix : 45 €



Quelques sites web pour préparer son tour du monde


- www.tourdumondiste.com

Un trésor d'informations et de conseils avec un graphisme très agréable. Ma bible.

Possibilité de télécharger des listes ultra-complètes de l'équipement (pour les hommes et pour les femmes), ils font régulièrement des enquêtes de qualité et utilisent la cartographie animée pour nous informer.

- bicycletouringpro.com

Site en anglais qui regorge d'infos.

- www.tomsbiketrip.com

De nombreux articles en anglais sur le choix du matériel. Très complet.

- lacyclonomade.net

Laura a parcouru plus de 34000 km à vélo. Elle se définit comme une cyclo nomade. Elle présente des fiches par pays et donne d'excellents conseils pour l'équipement notamment pour les filles.


Quelques films sur des tourdumondistes


- Solidream - Un tour du monde entre amis de 54 000 km

- On year on a bike de Martijn Doolaard - Un film magnifique (en achat ou location) qui a reçu de nombreux prix.

- Embrasser la terre de Claude Marthaler - Il se définit comme Cyclonaute. Il a parcouru la planète pendant 16 ans et a fait un tour du monde de 7 ans.




570 vues10 commentaires

Posts récents

Voir tout